Gilles de Gouberville

Accueil » La vie quotidienne » Les moulins

Les moulins

GILLES ET LES MOULINS

L’importance des moulins dans la société du XVIe siècle est évidente à la lecture du Journal de Gilles de Gouberville : trente et un moulins sont cités (cinquante et une mentions), hormis ceux du Mesnil-au-Val et de Gouberville maintes fois évoqués. A noter qu’il s’agit presque exclusivement de moulins à eau.

A plusieurs reprises, Gilles signale des moulins situés à proximité des voies de communication. Ils lui servent de repères lors de ses déplacements :
« Nous nous départismes au Moulin de Tombes »
(30 mai 1555)
   « Nous partismes de Sct Nazer à mydi, les Hachées nous convia jusqu’au moulin de Landemer » (1er juin 1562)
Il y fait même parfois étape :
   « Sur les troys heures, je monté à cheval et m’en vins coucher au Moulin de Tombe » (1er mai 1556).

L’utilisation de l’eau par les moulins est souvent cause de conflits :
   « . environ deux heures de soleil, je allé au moulin d’Argouges, Sanson et Lajoye avec moy, pour ce que le monnier retenoyt trop d’eau et refoulloyt jusques à mes prays de Fosseheude » (12 avril 1562).
Ils se trouvent à six devant
« l’huys » fermé. Après plus d’une heure d’attente, ils décident de lever « les esseaulx (vannes) dud. moulin », apparemment sans aucune suite.
Le 3 juin 1555 Gilles constate qu’un moulin à draps (foulon) est en construction sur la rivière Trottebec. Sa réaction ne se fait pas attendre : dès le lendemain, accompagné de sept personnes – et sans rencontrer au préalable le propriétaire Ferrant Postel de Cherbourg -, il se rend à Tourlaville
« apprès soupper » pour « rompre l’escluse qu’on avoyt faicte dedens l’ancien cours de la rivière pour enfler l’eaue ». Là encore, l’incident sera sans lendemain.

Autre problème récurrent : l’honnêteté des meuniers. Gilles, nous le savons, est méfiant. Le 15 novembre 1554, il fait cribler du froment et le lendemain, au Mesnil-au-Val :
« je fys mouldre en ma présence deux boysseaulx de fourment (.) pour ce que je me deffiés du monnier ». Nous ignorons la suite.
Autre exemple, avec le meunier de Gouberville qu’il licencie et expulse sans préavis :
« Apprès disner je donné congé au monnier qui estoyt au moulin et luy fys vuyder ses hardes . » (22 février « 1553 » (1554)
Nouveau problème avec un meunier en octobre 1561 : celui de Gouberville envers lequel il se montre très suspicieux :
« Avant desjeuner, arrivèrent Jehan Bourdet du Teil, et Marin Catheline fermier du moulin de Gouberville, et apportèrent du blé de moulture, IIII bx [boisseaux] comme ils disoyent. Je le fys venner (.) et il ne s’en trouva que troys bx et demy. Led. Cathelin reprinst ses venneures» : Gilles par sa courte remarque signifie son mécontentement : plus de 12% de déchets est effectivement l’indice d’une tromperie.

Nous évoquerons pour terminer, la rénovation du moulin de Gouberville qui est entreprise entre le 1er mars « 1553 » (1554) et le 24 juillet 1554. Elle va se transformer en une reconstruction émaillée d’incohérences. Gilles, apparemment n’est ni très doué ni très organisé dans ce domaine.
Le 1er mars, avec des serviteurs, il cherche « dans les herbages de céans (.) du boys à fère l’arbre roe et rouet du moulin. ». Le lendemain il fait abattre six chênes « por fère du merrain [bois de construction] au moulin ». Le 4 mars il décide d’aller à Gouberville pour prendre les mesures de l’arbre du moulin de la roue et du rouet, ce qu’il fait effectivement le jour suivant. Le 6, il fait « doler » (équarrir) le bois. Il doit constater que la quantité en est insuffisante puisqu’à plusieurs reprises il fait abattre d’autres chênes au « pray du Clos-au-couvert » et au « buisson Drouet » (7 mars).
Le 2 juin, il achète du mouton et du veau pour
« tenir la levée de (son) moulin, la semaine qui vient » et le 4 juin il fait placer sur la « fenestre du moulin » une pierre où il a « faict ellever quatre escussons ». Le mécanisme est terminé le 6 juin. Gilles va, avec un serviteur, porter « dedens une pouche [sac], des chevilles pour la roë du moulin ». Plus de vingt personnes participent à « la levée » de la roue. Deux semaines plus tard il décide « d’abattre le pignon de la roë du moulin » (20 juin) ce qu’il fait le lendemain avec plusieurs autres personnes, « jusques aulx fondemens (.)». Ils le reconstruisent les jours suivants. Gilles fait chercher « deux pierres au jardin de la Poupichesse pour mettre aux fondemens (.) », convoque « André Sorel et Jehan Le Magnen pour ayder à massonner, lesquelz vindrent » (22 juin) . les « huys » du moulin sont achevés le 24 juillet.

Vocabulaire technique relatif aux moulins

On trouve dans le Journal mention de nombreux termes techniques : le « no » (noc), canal en bois, conduit l’eau du « bieu » (bief), vers la « roe » (roue) en levant les « esclotoyres » (vannes). Les pales de la roue sont fixées sur des « cyseaux » (coyaux) eux-mêmes cloués sur la « gante » (jante). Le « rouet », « chaussé de ses allençons » (garni de ses alluchons) entraîne la lanterne, munie de ses « fuseaulx » (fuseaux). La meule repose par l’intermédiaire de la « néelle / noelle » (anille) sur le « fer », gros fer vertical. « L’arqueure » (archure) de bois entoure les meules. L’existence d’un « câble » sous entend la présence d’un système de levage de la meule courante. Le blé était apporté au moulin et la mouture était rendue à son propriétaire telle qu’elle sortait des meules. C’est lui qui se chargeait du blutage (tamisage).

Jusqu’au début du XXe siècle les moulins vont être d’une grande importance dans la vie quotidienne des campagnes et des villes puisqu’ils transforment le blé en farine et que le pain est l’aliment de base de la population. Leur rôle va décroître lorsque l’alimentation va se diversifier ; ils vont être remplacés par les minoteries aux capacités de traitement nettement supérieures.

Roland FLAHAUD

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :