Gilles de Gouberville

Accueil » Le Journal » Le point sur les études

Le point sur les études

Le sire de Gouberville, un seigneur normand du XVIe siècle
Le point sur les études qui lui ont été consacrées à ce jour

En 1872, il y a maintenant cent trente cinq ans, apparaissait la première étude sur le sire de Gouberville. Depuis cette date de nombreux travaux lui ont été consacrés.

Comment son Journal a-t-il été découvert, exploité, compris jusqu’à maintenant ? Nous distinguons, à partir des auteurs, trois phases chronologiques.

Première phase : 1870
L’abbé Tollemer, un curé, érudit de province, découvre chez un particulier le manuscrit du
Journal du sire de Gouberville (1553-1562). A partir de celui-ci, il écrit un ouvrage, sorte de répertoire analytique, économique et matériel de son contenu. Il est publié dans le Journal de Valognes du 17 février 1870 au 20 mars 1872, avec l’appui du grand érudit, futur administrateur de la Bibliothèque Nationale, Léopold Delisle. Simultanément, l’abbé Tollemer fait une copie du manuscrit. Un autre érudit, Eugène Robillard de Beaurepaire, fait publier celui-ci avec une introduction et un appendice. Le Journal du sire de Gouberville est édité en 1892 dans les Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie. Quant au Journal de la période 1549-1552, il est publié par A. de Blangy d’après le manuscrit original découvert dans le chartrier de Saint-Pierre Eglise.
De 1870 à 1972, le
Journal du sire de Gouberville est dans les bibliothèques. Il est connu, il est lu, mais, il n’est pas utilisé.

Deuxième phase : Le Roy Ladurie, 1972
Emmanuel Le Roy Ladurie, un siècle après, réédite l’ouvrage de l’abbé Tollemer avec le titre « Un gentilhomme campagnard au Cotentin ». Le Roy Ladurie est le fils d’un notable campagnard. Il a vécu à la campagne qu’il connaît bien. On peut le qualifier d’historien paysan. Il entre dans la familiarité de Gilles de Gouberville. Dans son introduction, La Verdeur du bocage, avec intuition et pénétration, il présente Gouberville dans la situation sociale et la vie quotidienne du XVIe siècle : Gilles de Gouberville est un noble d’ancienne race ; c’est un hobereau qui appartient à la noblesse campagnarde. Il vit au milieu des paysans, à la fois au-dessus d’eux et au milieu d’eux. Son Journal nous plonge de manière unique dans la vie campagnarde de l’époque.

Troisième phase : 1981, la phase Foisil
C’est le séminaire de Recherches de Pierre Chaunu, professeur à la Sorbonne, qui a été le laboratoire de cette étude ; c’est l’année où l’on travaillait sur les attitudes devant la mort. Le résultat a été « La mort à Paris » paru en 1978. Lors de ce séminaire, j’ai indiqué que, dans le Journal du sire de Gouberville, on trouverait peut-être des témoignages sur les attitudes devant la mort : c’est ainsi que le travail a commencé donnant lieu à des publications dont Un gentilhomme campagnard au XVIe siècle. Le sire de Gouberville paru dans la revue l’Histoire en 1978, n° 2. Le texte est publié en 1981 chez Aubier Montaigne, sous le titre « Le sire de Gouberville. Un gentilhomme normand au XVIe siècle », avec une préface de Pierre Chaunu puis réédité en 2001 chez Flammarion (collection Champs) où il est toujours disponible sous le même titre.
Le
Journal lui-même a été réimprimé avec des études complémentaires par Guy Deschamps (4 tomes – Les Editions des champs, 1993-1994).

A Barville, sur la commune du Mesnil au Val, proche de Cherbourg, se situe le manoir de Gilles de Gouberville avec de beaux restes, en particulier une tour-colombier. Grâce au zèle de ses propriétaires Anne et Claude Bonnet, elle a été classée monument historique le 10 février 1987 et restaurée. C’est un lieu de mémoire.
Le 11 juillet 1986 a été créé le Comité Gilles de Gouberville, association sous le régime de la loi de 1901. Son objet est d’encourager l’étude du
Journal de sire de Gouberville. Chaque année, lors de l’assemblée générale, une communication est présentée. Elle est publiée dans les Cahiers goubervilliens. De 1997 à 2006 ont été publiés dix numéros illustrés. Tel est le bilan des principaux travaux relatifs au Journal du sire de Gouberville qui suscite toujours le zèle de ses lecteurs.
Après trois Gouberville, après ces cent trente cinq ans, un nouveau Gouberville mérite de naître.

Communication présentée par Madeleine Foisil, chercheur au CNRS, chargée d’enseignement à la Sorbonne,
le 22 novembre 2006 à l’Université de Paris VIII Villetaneuse, au séminaire de Recherches de Marie-José Michel

Signalons, depuis cette communication, le recensement des erreurs et des omissions de l’édition du Journal de 1553-1563 fait à partir des travaux de Paul Le Cacheux par Marcel Roupsard, professeur émérite de géographie à l’université de Caen. Elles sont présentées dans des précédents articles de ce site.

Voir également la Bibliographie de notre site.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :